C’est…le lombricomposteur qui redémarre !!!

Le ver de terre (à moins de résider dans un lombricomposteur) au même titre que l’oiseau disparaît, la planète va mal et l’humain aussi. La preuve, Trump, Macron et Erdogan ont été (ré)élus en nous prenant en otages (ou pas).

Donc le ver de terre, cet animal moche et de non-compagnie disparaît mais bonne nouvelle, il est très indépendant et on a pas besoin de le câliner ! Alors autant adopter un lombricomposteur, dans le secret de sa cave, de son jardin ou de sa place de parking-moche-qui -pue !
Tu le nourris juste avec tes restes (sauf viande, charcuterie, oignon et poireau, peau d’agrumes ou de melon). Oh miracle, ta poubelle sent moins mauvais, elle maigrit…(avez-vous déjà vu une poubelle qui maigrit ? Maintenant, oouiiii !!!) et tu récoltes au bout d’environ 4 mois du compost, pour nourrir tes plantes (ou celles de tes voisins). Proposer son compost ou ses vers de terre à ses voisins, c’est se faire offrir des bouteilles de vin en guise de remerciement…et ça, ce n’est pas rien !

Compost

Lombricomposteur, mode d’emploi rapide :

  1. Acheter ou fabriquer un composteur.
  2. Le placer dans un endroit frais et sec, non soumis aux variations de température trop importantes. Entre 10 et 20 °c c’est bien.
  3. Demander des vers de terre autour de chez soi, sur plus2vers.fr. Si tu es English, il y a une version pou’ touah, oui ils ont localisé leur site !
  4. Préparer une litière pour les vers de terre dans son composteur : papier journal sur lequel on dispose un peu de terre, quelques restes, du carton déchiqueté (pas avec les dents), pour accueillir les vers de terre (250 gr. pour commencer).
  5. Accueillir les vers de terre : on peut chanter et tourner autour du composteur, leur faire un simple namasté ou pour les plus téméraires, leur faire un bisou (pas testé).
  6. Calfeutrer le dessous du couvercle avec du carton ou du papier journal, si vous constatez la présence de moucherons ou que vous les craigniez.
  7. Ne pas sur-alimenter vos vers de terre (mon erreur avec mon premier lombricompostage, il y a 2 ans). En bref, si vous ne leur donnez pas à manger 2 fois par semaine, ils n’en mourront pas. Un lombricomposteur peut survivre 2-3 semaines sans intervention humaine !
  8. Surveiller l’évolution du compost dans les semaines à venir.

4-5 mois plus tard, ta-dah, c’est beau, c’est frais, ça sent l’humus !!!

Ayant déménagé, je viens de relancer le mien ! J’espère que tout ira bien car des adolechiants dégénérés squattent parfois le garage et fument de la beuh ! Pas sûr que mes vers de terre aiment le goût de la marijuana !

Plus d’articles sur le thème de l’écologie ? C’est ici !

Siscribe

Rédactrice Web, traductrice

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :